Zoom sur...

Les vitraux

Le verre est un matériau amorphe constitué essentiellement de silice, donc non cristallin, et correspond en quelque sorte à un liquide figé. Il est homogène à l’œil nu, mais des observations avec les spectroscopies UV-Visible et Raman, mais aussi par microscopie optique à balayage ou par spectroscopie de masse à plasma, montrent qu’il s’agit d’enchainements de tétraèdres silicates SiO4 reliés par des ponts Si-O-Si.

Les sources de silice sont le sable ou des galets de quartz des rivières. [...]

Événements

2020 : bicentenaire de la découverte de la quinine

En cette année 2020, la France célèbre le bicentenaire d’une découverte majeure, celle de la quinine extraite de l’écorce d’un quinquina, par P.J. Pelletier et J.B. Caventou. À cette occasion Mediachimie vous invite à découvrir, sous forme d'anecdotes historiques, cette découverte de toute première importance :

 Guérir du paludisme grâce à « l’Indian tonic » ?

Événements

Continuité pédagogique

Pour contribuer à la continuité pédagogique en ces temps de confinement, Mediachimie.org vous propose de retrouver un ensemble de ressources dédiées à la chimie, ses innovations et son enseignement. Ces ressources sont issues du site Mediachimie mais également de nos partenaires (Nathan, La main à la pâte…).

L’accès à ces ressources est gratuit et permettra aux collégiens, lycéens et étudiants de disposer de différents média (articles, animations et vidéos) conformes aux programmes en vigueur.

Question du mois

Quelle dose moyenne de radioactivité reçoit-on en France ?

La radioactivité a été découverte par un français Henri Becquerel en 1896 qui a constaté qu’en enveloppant un minerai d’uranium d’un papier photographique, celui-ci était impressionné en l’absence de toute lumière par un rayonnement inconnu qu’il a baptisé radioactivité.

Événements

À voir et revoir

Découvrez les dernières vidéos de la série Des Idées plein la Tech’ et Petites histoires de la chimie :

 

Éditorial

Pollution à Paris : une expérience grandeur nature

On a lu et entendu des arguments contradictoires sur l’influence du confinement imposé après le 15 mars sur la pollution à Paris. Une polémique avec sans doute quelques intentions électorales opposait les partisans d’une réduction drastique de la circulation automobile aux automobilistes convaincus que la pollution n’était pas seulement imputable à leurs engins. La réduction de la circulation automobile de plus de 80% en mars et avril était bien sûr une façon de vérifier les deux options et dire si la pollution à Paris avait vraiment diminué.